AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 une rencontre fortuite (abel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: une rencontre fortuite (abel)   Ven 4 Aoû - 13:10

Le temps était nuageux aujourd'hui, quelques rayons de soleil réussissaient à se frayer un chemin par-ci par-là mais sinon la plupart du temps la luminosité était basse. Les nuages noirs qui arrivaient par l'est étaient annonciateurs d'orage, quelque chose de mauvais flotté dans l'air... La jeune Maxine qui avait quitté la ville de Mérouville depuis deux bonnes heures maintenant après avoir fait soigner ses Pokémon au Centre Pokémon, vagabondait paisiblement sur les routes aux alentours. Animée par l'ambition de vaincre le Champion de l'Arène de Mérouville, elle entraînait Napoléon, son Tiplouf, et Rosie, un Rosélia qu'elle avait attrapé la veille. « Là, Napoléon, un Zigzaton ! Attaque Écume. » Le combat débute, Max a grandement l'avantage sur ce faible petit Pokémon sauvage mais elle veut avant tout faire gagner un peu d'expérience à Napoléon pour que ce dernier devienne plus puissant et ait une chance de battre les Pokémon Roche de Champion. Le combat se déroule sans accroc malgré quelque Charge de Zigzaton : deux attaques suffisent à mettre le Pokémon K.O. Napoléon est ravi de son exploit, sa dresseuse le félicite de toute part avec plusieurs caresses affectueuses dessous son bec. Rien ne pouvait ternir leurs joies.

Jusqu'à ce que des applaudissements se fassent entendre derrière eux. « Bravo, félicitations, jeune fille, c'était un très beau combat » dit la personne qui applaudissait dans l'ombre. Maxine se retourna alors, surprise, vers son interlocuteur. L'homme sortit alors de l'ombre et elle le jaugea de toute part. Son visage est pâle, entouré d'une barbe mal entretenue qui dissimule un sourire mauvais. Bien qu'elle ait l'habitude de voir le bien partout, la jeune dresseuse voyait très bien que l'homme ne rejetait aucune aura bienveillante. « Euh... M-merci, mais... » Habillé de bleu de la tête aux pieds, il ressemblait à s'y méprendre à un pirate. L'homme s'approcha d'un pas nonchalant. « Ton Tiplouf est très doué... et surtout très rare. Je doute qu'il soit sage de te le laisser. Vois-tu, tu es jeune et inexpérimentée, avec toi il gâche tout son potentiel » dit-il d'une voix sifflante. Le visage de Maxine, habituellement toujours peint avec un sourire radieux, se ferme brutalement. Napoléon, qui sent le regard persistant de l'homme, vient se cacher derrière sa dresseuse. « Vous ne me connaissez pas. Qui êtes-vous d'abord ? Et que me voulez-vous ? » essaie-t-elle de dire d'une voix confiante mais pourtant tremblante. L'homme sourit de nouveau, un sourire mesquin, comme s'il était ravi qu'elle lui pose cette question. Il fait alors une révérence que Maxine trouve fort ridicule. « Joe, de la Team Aqua, pour te servir. Quant à ce que je désire de toi eh bien, il se trouve à tes côtés. Donne-le-moi et tout se passera bien pour toi. » Son sourire disparaît pour laisser place à un visage avide et plein de cruauté. Maxine sent ses jambes fléchir, son courage lui fait défaut, elle a la sensation d'être paralysée à chaque pas que l'homme fait en sa direction. Réagis, nom de Dieu, ton Tiplouf est en danger, c'est ton devoir de le protéger. Mais la peur l'envahie, que faire ?


Dernière édition par Maxine Leroy le Dim 6 Aoû - 0:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: une rencontre fortuite (abel)   Sam 5 Aoû - 4:27




"Une rencontre fortuite"


Maxine & Abel








Être membre du Conseil des 4 d'une quelconque ligue, Abel avait pensé que cela serait particulièrement éreintant et que les temps de repos seraient des plus rares. Pourtant, notre homme était particulièrement libre de ses journées, n'ayant que peu d'obligation en fin de compte. Bien entendu, il représentait le Conseil, il représentait l'élite dans un sens et devait se comporter en tant que tel. Pour coller au mieux au prestige qu'il devait porter sur ses épaules, l'étranger aimait s'habiller d'une belle façon, être particulièrement présentable et élégant lorsqu'il devait faire une apparition officielle, le plus souvent lorsqu'un challenger se présentait. Mais, le reste du temps, le trentenaire était libre de faire ce qu'il voulait, errant la grande majorité du temps à travers les routes de Hoenn, jouant de sa musique, découvrant de nouveaux endroits, rencontrant de nouvelles personnes et affrontant de nouveaux dresseurs. La route était potentiellement ce qu'il appréciait le plus, l'inconnu et ses surprises, il y avait toujours quelque chose de passionnant dans chacune de ses escapades, qu'il se plaisait à raconter à sa mère, toujours soucieuse du bien-être de son aîné. Elle, était restée seule à Lavanville. Ses deux enfants partis sur la route et son mari décédé. Lorsque ce drame arriva d'ailleurs, le garçon voulu rentrer pour s'occuper d'elle, mais elle le lui interdit, tout simplement. C'était une mère, une excellente mère, qui pensait avant tout au bonheur et à la joie de ses enfants bien avant le sien. Pour combler ce vide, le dresseur lui envoyait de temps en temps de nouveaux pokemon pour lui tenir compagnie, ou tout simplement l'aider dans ses tâches quotidiennes. En plus de quoi, la grande majorité des pokemons envoyés étaient des combattants chevronnés, ayant défaits champions et membre de certains conseils. Existait-il meilleure protection pour elle ? Peut-être pas. Je peux vous assurer que le dernier petit malin, qui avait tenté de la cambrioler et qui s'était retrouvé face à son Roucarnage, comprit bien vite la leçon. Pour la petite histoire, le Roucool fut le premier pokemon capturé par Abel, qui l'accompagna dans la grande majorité de ses aventures et qui lui servaient encore régulièrement de transport. Il était, sans aucun doutes, l'un de ses meilleurs combattants. Ainsi, se retrouver face à lui, en pleine nuit, la sensation ne devait pas être particulièrement agréable.

Mais, je m'égare, excusez-moi. Nous parlions de route, de voyage et de rencontres. Rencontres toutes plus incroyables et mémorables les unes que les autres. Tantôt des amis, tantôt des compagnons de route, tantôt des ennemis … Tous laissèrent leur empreinte dans la vie du musicien. Pourtant, il y en eut une, qui le marqua plus que la plupart d'entre elle. Une rencontre des plus fortuites, mais qui pourtant, semblait devoir arriver, comme si, le destin avait poussé ses deux personnes à se rencontrer. Ce jour-là, Abel avait attendu sagement un challenger, habillé d'un costume sur mesure d'un noir particulièrement élégant, le temps lui avait paru long, affreusement long, si bien que son Ectoplasma s'était endormi dans un coin, entourant son jeune Mimiqui, ronflant tout deux de concert. Il ne sut jamais vraiment ce qui avait pu prendre autant de temps, mais, une chose était certaine, le challenger avait été éliminé à la première épreuve, ce qui avait laissé le spécialiste des spectres libre de ses mouvements. Sans membre prendre le temps de se changer, notre ami réveilla ses deux compagnons, qui semblaient ne plus rien comprendre, ayant encore de la bave sur le coin des lèvres, Abel récupéra sa guitare et partit pour Mérouville où, ses derniers voyages finirent par le mener. Au centre pokemon, alors qu'il renvoya le Roucarnage chez lui, après quelques grattouilles sous le bec, le jeune homme put découvrir une infirmière particulièrement inspirante et envoûtante à la chevelure si particulière, mais si plaisante. Un délice tant pour les yeux, que pour l'esprit.

Après s'être juré d'écrire un petit quelque chose en son honneur, l'étranger prit la direction de la route, accompagné de son fidèle Ectoplasma qui résidait très rarement dans sa Pokeball. Son Mimiqui lui, encore jeune et inexpérimenté l'était plus régulièrement, par soucis de sécurité. Alors que tout s'annonçait particulièrement paisible et agréable, bientôt, une scène peu ragoûtante et malheureusement bien familière sembla se dessiner face à lui. Un membre d'une team, face à une jeune fille terrorisée. Abel put entendre quelques mots de la conversation et, comme à leur habitude, il était question de vol de Pokemon, ce qui fit soupirer le voyageur. Un regard vers Shade suffit à lui faire comprendre son idée et, ce dernier sembla disparaître dans l'ombre, tandis que son maître continuait à avancer. Tout près de la scène et, alors que l'agresseur s'approchait dangereusement de sa victime, un rire étrange se fit entendre, semblant sortir de nulle part, avant qu'une large bouche à la charmante dentition ne fasse irruption dans l'ombre du fier-à-bras, très vite suivi par deux grands yeux rouges, l'observant malicieusement. Cela suffit à faire reculer celui qui avait si peu de scrupules. Arrivant enfin devant la scène, notre homme prit enfin la parole. « Que c'est moche, ce que vous faites, vous en prendre à une gamine et espérer voler ses pokemons. Pour un but particulièrement stupide, je suis certain. » Soupirant à nouveau, l'homme se rendit compte à quel point ses mots purent être déplacés et, se retourna rapidement vers la jeune fille, une jolie petite blonde qui semblait peiner à allers vers la majorité. « Enfin, sans vouloir vous offenser jeune fille. » Se retournant vers le brigand, ce dernier venait de dégainer une pokeball qu'il envoya face à l'Ectoplasma, de celle-ci en sortit un Flobio et, avant même que le dresseur n'ait eu à dire quoi que ce soit, le spectre lança éco-sphère, une attaque de type plante, qui mit hors d'état l'adversaire en un seul coup. Chose qui sembla particulièrement irriter le malotru dont on pouvait lire la rage sur ses yeux et qui s'approcha dangereusement du gêneur. « Ah … On en revient toujours aux mêmes choses. Peu importe l'endroit. Tiens moi ça. »

Avec douceur, l'homme posa sa guitare dans les bras de son Ectoplasma qui dut jouer aux équilibriste, avant qu'il ne déboutonne sa veste, afin de le laisser libre de ses mouvements. Un coup de poing ample et mou fut tenté, mais Abel passa avec facilité sous le bras pour dégainer une succession de crochet du droit fulgurants et puissants, qui marquèrent à chaque fois l'impact par un petit cri de douleur étouffé. Aine, côtes et mâchoire. Afin d'être certain de sa victoire, le dresseur se décala d'un pas et assena un violent uppercut dans la mâchoire de son ennemi, ce qui lui fit cracher un peu de sang et le fit tomber quelques pas plus loin. Ayant grandi sous la menace de la Team Rocket, notre ami dut rapidement apprendre à se défendre et, force était de constater que le style des Tygnon lui semblait particulièrement agréable et efficace.  « Allez, déguerpis. Déguerpis avant que je ne me montre réellement méchant. » Sur ses mots, l'Ectoplasma tira la langue en signe de défi tout en agitant nerveusement l'instrument de musique. Quel que soit l'effet escompté par ses moqueries, l'homme prit ses jambes à son cou pour rapidement disparaître vers l'horizon. Ricanant légèrement, Abel sortit de la poche de son costume un mouchoir blanc qui vint essuyer le sang présent sur ses mains, avant de pouvoir reboutonner son costume et récupérer son instrument, pour finalement se retourner vers la demoiselle en détresse, tout en félicitant son compagnon de quelques tapotement sur la tête. « Vous allez bien mademoiselle ? A-t-il eu le temps de vous faire quoi que ce soit ? Ou de vous voler quelques effets ? » Fronçant les sourcils, le pseudo héros de la journée se rendit compte d'une petite bêtise perpétrée. « Question que j'aurais du poser AVANT de le faire partir. Il m'arrive d'être particulièrement étourdi de temps à autres, pardonnez-moi. Enfin ... L'essentiel c'est que je sois arrivé avant que l'inévitable ne se produise, je présume.»

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: une rencontre fortuite (abel)   Dim 6 Aoû - 1:21

C'était la fin. Elle le pensait sincèrement. Et cette pensée elle la détestait. Sans son Napoléon, il en était fini de son rêve de devenir un jour dresseuse, elle devrait rentrer honteuse, la queue entre les jambes à Atalanopolis. Elle disparaîtrait de nouveau dans l'ombre de son frère qui lui regretterait le jour où il lui avait confié le Tiplouf. Elle serait connue au village comme la gamine qui avait eu un rêve stupide mais qui se cassa les dents à cause de son manque de jugeote. Ce qu'elle pouvait se haïr à cet instant, elle et son attitude, sa couardise qui l'empêchait à l'heure actuelle de repousser son assaillant. La colère l'envahissait, ses joues devenaient rouges. Pourtant, toute cette rage ne parvenait pas à sortir de son frêle corps. Ses jambes fléchirent, elle tomba sur le sol, Napoléon toujours cachée derrière elle. Alors c'était comme ça que tout allait finir ? Et toi, tu vas accepter cela sans même bouger le petit doigt, sans même essayer d'agir, pensa-t-elle. Pauvre idiote.

Alors qu'elle attendait sa pitance, un rire se fit entendre. Max pensait qu'il s'agissait de l'homme qui se moquer de son malheur, mais quelque chose clochait. Le sbire de la Team Aqua recula de trois pas, son visage était figé par la peur. Que se passe-t-il ? Un regard derrière répondit vite à sa question : deux énormes yeux rouges soulignés d'un sourire à vous glacer le sang se dessinaient dans la pénombre. La jeune femme retint un cri. Puis une voix se fit entendre, cette fois-ci derrière l'homme qui ressemblait à un pirate. S'en était trop pour Maxine qui passait par toutes les émotions. Son corps pétrifié, sa bouche scellée, elle se contenta d'assister à la scène derrière le rideau de larmes qui recouvrait ses yeux. L'inconnu s'adressa à elle. Pourquoi s'excuse-t-il ? Elle n'avait rien suivi à la conversation. Un très court combat eut lieu entre le Pokémon du sbire de la Team Aqua et celui de l'inconnu, un Ectoplasma - qui était le propriétaire de la paire d'yeux et du sourire. Ce Pokémon spectre était diablement puissant, dans un autre contexte Maxine serait restée bouche bée. Un deuxième combat s'enclencha entre les deux hommes mais cette fois-ci ils en vinrent aux mains. 2-0 pour l'inconnu, l'autre s'enfuit à toutes jambes et disparut derrière de hautes herbes. C'était fini. Max était saine et sauve. Napoléon était toujours ici. Que venait-il de se passer ?

Toute menace étant écartée, l'inconnu victorieux s'approcha d'elle pour venir s'enquérir de sa situation. « Je... je... » balbutia-t-elle. Fébrile, ce spectacle l'avait vidé. Elle leva alors son regard mouillé en direction de l'homme. Il n'avait pas du tout l'air affecté par la situation, au contraire, cela semblait l'avoir amusé de botter les fesses d'un vilain et de sauver une pauvre demoiselle en détresse. Un héros, mon héros, voilà, ce que pensait Maxine en le voyant face à elle. « Merci... beaucoup. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si vous n'aviez pas été là. » dit-elle, retrouvant peu à peu l'usage de la parole. Elle reporta finalement son attention vers son Tiplouf qui la regardait d'un air effrayé. Elle le prit dans ses bras pour venir le serrer contre sa poitrine. « Je suis désolée Napoléon, je... je ne te mérite pas... » Son regard était ampli de tristesse et de honte, c'était un échec pour elle. La jeune femme tenta de se mettre sur ses jambes tremblantes, tout en vacillant légèrement. « Comment puis-je vous remercier ? demanda-t-elle, reconnaissante, à son sauveur. Vous avez sauvé mon Pokémon, je n'ose imaginer ce qu'il serait advenu de lui si cet homme s'était emparé de lui. Je dois vous remercier. » Ramassant sa besace qui gisait sur le sol, elle commençait à fouiller dedans pour trouver de quoi s'acquitter de sa dette envers l'homme. C'est alors qu'elle eut une idée... « Je sais... Prenez mon Tiplouf, il sera bien mieux avec vous. Moi, je suis trop pathétique pour m'occuper de lui, je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose à cause de moi. » Ses mots lui lacérèrent la langue et lui écorchèrent le cœur. Le Tiplouf s'accrocha à la jambe de Max, secouant la tête dans tous les sens : il n'était pas d'accord avec sa dresseuse. Max l'ignorait, et pourtant elle ne voulait guère se séparer de Napoléon mais elle faisait ça pour son bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: une rencontre fortuite (abel)   Sam 12 Aoû - 3:52




"Une rencontre fortuite"


Maxine & Abel








La jeune fille semblait avoir été particulièrement chamboulée par les événements qui venaient de se produire. Semblant incapable, sur l'instant, de se relever, ses yeux ne semblaient plus qu'être fait d'eau et de rouge, tandis que ses joues roussies par ses émotions fortes reluisaient face à ce soleil d'été. Même parler semblait lui être difficile. Elle tenta de prononcer quelques mots mais, un simple pronom personnel put s'échapper de ses lèvres avant de rapidement abandonner cette idée. Déconcerté, Abel ne savait vraiment que faire dans ce genre de situation. Il n'avait, pour ainsi dire, jamais joué au héros. Non pas par manque d'envie, de courage ou de compétences pour y prétendre, non, il n'avait jamais eu la chance d'arriver à temps pour secourir ceux dans le besoin. Lui qu'on plaçait parfois sur un piédestal à cause de sa présence au Conseil de Hoenn n'avait jamais pu aider ceux dans le besoin. Il connaissait l'existence des groupes criminels qui parcourraient la région, dirigés par deux tarés aux intentions … Complètement irréaliste. Comment pouvait-on vouloir faire de telles choses ? Pour quelles raisons et, surtout, pourquoi diable voulaient-ils se prendre pour des dieux ? Ce genre de choses ne pouvait que mal finir et, bien entendu, de nombreuses dérives avaient lieu. Le musicien avait croisé leur route quelques fois, il connaissait bien leur méthode, mais n'avait jamais rien pu faire. Soupirant un bref instant, le jeune homme tira de sa poche le mouchoir tâché de quelques gouttes de sang de l'agresseur pour tendre à la demoiselle paniquée. « Tenez, essuyez-vous les yeux et respirez un bon coup, vous devez essayer de vous calmer. Pardonnez-moi, ceci dit, le linge est légèrement tâché de sang, mais, j'ai bien peur que cela ne soit le seul dont je dispose. » Souriant avec douceur en la regardant, l'inconnue finit par réussir à aligner quelques mots dans l'optique de le remercier, rajoutant qu'elle n'avait aucune idée de ce qui aurait pu se passer s'il n'avait pas été là. « J'espère que vous ne découvrirez jamais cette réponse et, je vous avouerai être particulièrement heureux d'être arrivé à temps, je suis de nombreuses fois arrivé en retard, face à ce genre de situation. Ces hommes sont tout simplement immonde. »

Bientôt, la jeune fille porta son attention vers son pokemon qu'elle prit avec tendresse dans ses bras, les yeux encore larmoyant pour l'étreindre avec passion et s'excuser de son incompétence, de sa peur et de son inaction face au danger. Après cette scène émouvante, la dresseuse encore sous le choc tenta tant bien que mal de se relever, tandis qu'Abel vint à la rescousse pour l'aider à se stabiliser avant que celle-ci ne lui demande de quelle façon elle pouvait bien le remercier, qu'elle n'osait imaginer ce qu'ils serait advenu de son Tiplouf si cet homme était arrivé à ses fins, avant de finalement farfouiller dans sa besace. L'image amusa doucement le voyageur, ainsi que son compagnon. « Vous ne me devez rien, ma chère. C'est mon devoir, en tant que citoyen, en tant qu'homme et même, en tant qu'humain que d'aider mon prochain. Comment pourrais-je me regarder dans un miroir si je laissais une pauvre jeune fille dans cette situation sans intervenir ? Un grand homme a vu quelque chose en moi. Il m'a fait … Il m'a donné une raison de vivre ici, de m'entraîner, encore et encore. Ce quelque chose qu'on a vu en moi, je veux l'utiliser pour aider les gens. Ces êtes abjects, comme ce … Pirate, c'est loin, très loin d'être la première fois que j'en croise. Je peux vous assurer que c'est un grand plaisir pour moi que de leur mettre des bâtons dans les roues. Ne vous fatiguez pas, gardez vos provisions, vous ne me devez rien. » A deux doigts de parler de la ligue et de son maître, Abel préféra ne rien dire. Voyager incognito avait sa préférence. Certaines personnes connaissaient son nom ou son visage, quelques uns le reconnaissaient et, la majeure partie du temps, cela devenait gênant et encombrant. Certains voulaient faire des photos, d'autres voyager avec lui, d'autres encore voulaient des autographes ou, les pire, voulaient le combattre. Lui qui s'enfuyait de son travail pour ne pas avoir à combattre … Non, il préférait simplement passer pour un dresseur lambda.

Rapidement après avoir commencé à farfouillé ses affaires, une idée lumineuse sembla lui traverser l'esprit et, elle lui en fit part. Sans doutes fut-ce là, la pire idée de toute sa vie. La plus horrible et la moins humaine, au passage. Elle voulait lui céder son compagnon, qui, de son côté, semblait loin, très loin d'être capable d'accepter cette idée, serrant avec force le pantalon de sa maîtresse. Une certaine rage commença à monter en Abel, tandis que son Ectoplasma, qui tentait de rassurer le pauvre petit Tiplouf, retourna vite vers son maître pour lui taper la cuisse et le faire redescendre de là où il était. Soupirant un long moment en remerciant son compagnon par des grattouilles, qui sembla particulièrement le mettre de bonne humeur. Suite à cela le musicien s'avança d'un pas pour venir taper le front de la jeune fille de son index et de son majeur, prêt à la réprimander. « Non. Jamais. Vous ne redirez jamais cela, de toute votre vie. Vous ne me connaissez pas, vous ne savez rien de moi et vous voulez me donner votre compagnon ? Qu'elle est cette idiotie ? Il n'est pas un objet que l'on peut donner à n'importe qui, sans la moindre raison. Il est votre compagnon, votre ami votre famille. Regardez-le, regardez-le dans les yeux. » Passant derrière elle, Abel récupéra le petit pokemon qu'il souleva doucement pour le pointer face à elle. « Pensez-vous réellement qu'il veuille quelqu'un d'autre que vous comme maître? Vous avez perdu pied, vous n'avez pas été à la hauteur. Pourtant, le destin vous à offert une seconde chance. Allez-vous la prendre, ou allez-vous abandonner ? Pensez-vous que l'on puisse avancer sur cette voie, ou sur n'importe quelle autre en abandonnant facilement ? Il vous faut vous relever, vous mettre un bon coup de fouet et avancer. Je vais vous dire quelque chose, ma région natale avait son propre groupe criminel, qui s'étendait sur plusieurs régions d'ailleurs. Quand j'étais plus jeune, je me suis fait avoir par l'un d'eux, ils m'ont volé mon Ramoloss, pour lui arracher sa queue et la revendre. Je ne l'ai jamais revu, il a certainement du mourir, dans d'atroces souffrances, espérant que je vienne l'aider, mais j'étais un bon à rien, incapable de me défendre, incapable de défendre qui que ce soit. J'ai hurlé, j'ai pleuré, j'ai frappé dans des murs jusqu'à m'en briser les mains. Mais jamais, jamais je n'ai voulu abandonner quoi que ce soit. C'est la dernière choses à faire, la pire de toute : leur donner raison. Vous allez devoir vous montrer forte et vous améliorer pour que ce genre de choses ne se produise plus. Quant à toi ... » Retournant le jeune Tiplouf pour pouvoir lui parler les yeux dans les yeux, il reprit avec ferveur « Plus jamais tu dois laisser ta maîtresse dans cette situation. Tu dois devenir fort, tu dois grandir et devenir un grand et fier Pingoléon, pour pouvoir vaincre tout ce qu'il y aura face à vous, mais surtout, pour la protéger, c'est compris ? »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: une rencontre fortuite (abel)   Dim 13 Aoû - 18:45

Le mouchoir de l'homme serré entre ses doigts, Maxine essayé tant bien que mal d'essuyer le flots de larmes qui coulaient de ses yeux rouges, tout en évitant soigneusement les traces de sang qui maculait le tissu. Son regard s'arrêta cependant sur ces tâches rougeâtres. Mince, les deux n'y avaient pas été de mainmorte, il en était venu jusqu'à se blesser et s'érafler la peau. La jeune dresseuse réalisa alors la chance qu'elle avait eue, si l'inconnu ne s'était pas pointé, le sbire de la Team Aqua aurait pu lui infliger les mêmes sévices, à elle comme à Napoléon. Mais elle chassa soudainement cette idée de sa tête quand son sauveur lui raconter que ce genre de situation n'était guère rare pour lui et que bien des fois il était arrivé en retard. « Mais c'est immonde ! » s'écria-t-elle en pensant aux dresseurs comme elle qui s'était retrouvé dans la même situation qu'elle mais qui n'avaient pas eu la chance d'y réchapper. « Comment peut-on être aussi mauvais ? » La question mourut dans sa gorge quand elle réalisa seule l'horrible vérité : ainsi était fait le monde. Jusqu'à présent Max n'avait jamais fait face à ce genre de situation, aveuglée par sa naïveté et protégée dans sa petite ville paisible, mais maintenant qu'elle était sur les routes à parcourir la région, il venait d'y faire face pour la première fois mais sûrement pas la dernière. Le seul moyen d'y réchapper était désormais de faire preuve de courage, une qualité qui lui faisait défaut.

La blonde fut touchée par les mots de l'homme quand celui-ci lui dit qu'elle ne lui devait rien, que son acte héroïque avait été des plus normales. Il n'y a qu'un héros pour dire ce genre de phrase, qu'elle pensait. Elle fut également interpellée par ces propos, il dépeignait un homme, ou plutôt un "grand homme", qu'il disait, qui lui avait sauvé la vie et lui avait donné une raison de s'entraîner. Bien qu'elle n'en touchât pas mots pour l'instant, elle se promit plus tard d'en savoir plus sur ce mystérieux personnage. Pour l'instant, l'heure était à la gratitude et Max ne démordait pas de son intention de confier son Tiplouf à un bien meilleur dresseur. Elle se trouvait honteuse pour le garder, effrayée par l'idée qu'une telle situation se reproduise mais que cette fois-ci le Pokémon n'en sorte pas indemne à cause de l'incompétence de sa dresseuse. De plus, les mots de l'affreux homme en bleu l'avaient touché en plein coeur. "Ton Tiplouf est très doué... et surtout très rare. Je doute qu'il soit sage de te le laisser. Vois-tu, tu es jeune et inexpérimentée, avec toi il gâche tout son potentiel".

Alors qu'elle ressassait s'en cesse les paroles et les actes de l'agression, elle fut coupée par le visage changeant de l'homme. Elle parvenait à distinguer un brin de colère dans ses traits tirés, un sentiment qu'elle ne s'attendait vraiment pas à croiser chez ce dernier. Il finit par s'approchait d'elle d'un pas presque lourd de rage et colla ses deux doigts sur son front. Max sursauta, non pas de douleur, mais bien de surprise. Quelque chose lui échappait. Elle pensait vraiment que l'homme serait ravi de posséder le Pokémon rare et fier de son acte de bravoure de se sacrifier pour son Pokémon. Mais c'était tout l'inverse, il la réprimandait à la place. Il lui faisait carrément la morale pour dire vrai, lui rappelant à juste titre que les Pokémon n'étaient guère de vulgaire objet que l'on donnait à n'importe qui. Ils étaient des membres de notre famille. Pour appuyer ses dires il vint saisir le pauvre Napoléon qui depuis plusieurs minutes maintenant était agrippé à la jambe de sa dresseuse. "Regardez-le dans les yeux"... Ces mots résonnent dans sa tête tandis qu'elle s'exécute. C'est alors que Max perçoit la douleur, la peine et la tristesse de son ami pingouin. « Je-je sais que ce n'est pas un objet, un jouet. Mais... je ne veux pas qu'il lui arrive malheur par ma faute. » Le regard de la jeune fille quitte celui du Tiplouf pour venir se fixer sur le sol froid. Mais l'homme ne désespère pas de lui faire ouvrir les yeux et continue son éloquent monologue. Et il faisait son effet. Maxine dévorait chaque mot prononçait par l'homme, des mots pleins d'espoir et de détermination qui venait lentement mais sûrement regonfler la volonté de la jeune dresseuse, mais aussi inconsciemment de sa confiance en soi. Ses yeux brillaient, d'abord de fascination devant son sauveur puis après de tristesse quand elle entendit la tragique histoire de son Ramoloss. Maintenant elle arrivait à comprendre un peu mieux l'inconnu, étrange lorsqu'elle réalisa qu'elle ne connaissait même pas son nom.

Tandis que l'homme reboosté à son tour Napoléon en lui adressant avec ferveur des paroles d'encouragement, Max continuait de réfléchir à ses paroles. Au fond elle ne pouvait s'empêcher de s'identifier à l'homme qui avait presque vécu la même situation qu'elle. Quand elle le voyait aujourd'hui agir de manière héroïque et déterminée, cela la rassurait et lui faisait du bien : elle aussi elle pouvait devenir comme lui. « Monsieur ! » dit-elle solennellement pour attirer de nouveau l'attention de l'homme. « Je vous promets que cela ne se reproduira plus. J'ai été aveuglé par mon incompétence et ma lâcheté mais vous me faites voir clair maintenant ! » La jeune fille se tenait droite sur ses jambes qui ne tremblait plus, son regard était sérieux mais l'espoir y brillait à l'intérieur. « Merci... » glissa-t-elle d'un ton plus doux. Un sourire radieux se dessina sur son visage enfantin, faisant disparaître avec lui toute trace de tristesse. Elle s'avança finalement vers Napoléon qui avait les yeux plein d'étoiles face à la remontée fulgurante de sa dresseuse. « Napoléon, pardonne-moi. » L'assurance de Max disparu soudainement devant le regard de Napoléon, les mots n'arrivaient pas à sortir de sa bouche mais le Tiplouf semblait comprendre puisqu'il se jeta dans ses bras en poussant un petit cri de joie avant de finalement se tenir droit devant elle, comme s'il était prêt à la protéger, exactement comme l'homme le lui avait conseillé. Max de son côté se tourna vers l'inconnu. « Au fait, je m'appelle Max et lui c'est Napoléon. » dit-elle avec un second charmant sourire. « Vous avez déjà fait beaucoup pour moi, mais... puis-je vous demander un dernier service ? Pouvez-vous m'aider à devenir une bonne dresseuse s'il vous plaît ? Vous m'avez montré le chemin à prendre mais j'aimerais encore bénéficier de vos précieux conseils. Je ne vous en voudrais pas si vous refusez cependant : comme je l'ai déjà dit, vous en avez déjà fait suffisamment pour Napoléon et moi... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: une rencontre fortuite (abel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
une rencontre fortuite (abel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» STATISTIQUES PAR EQUIPES toutes éditions confondues !!!
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy
» Street Fighter X Tekken
» Scénario 4 : Edenia
» Chaos is coming...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONDE BORÉALE :: le doux prologue :: ondeboréale :: la magie d'hoenn :: tous les chemins mènent à hoenn :: routes diverses-
Sauter vers: